Il y a 63 ans, la deuxième guerre mondiale s'achevait

 

 

 

 

Sous un ciel sans nuage, la cérémonie militaire de la commémoration de l'armistice du 8 mai 1945 a été présidée par le haut-commissaire de la République, Anne Bocquet en présence des autorités de l'état et du pays. Après la revue des troupes par le contre-amiral Frédéric Maurice, commandant supérieur des forces armées en Polynésie française, des remises de décoration ont eu lieu.

Le message du secrétaire d'état à la défense et aux anciens combattants, Jean-Marie Bocquel a été lu par Mme Anne Bocquet avant de clore cette cérémonie par un dépôt de gerbes au monument aux morts.

 

 

 

Au centre de la photo, Mr Maxime Aubry ( ancien FNFL et membre de l'Acoram-Acomar 987 ) prise le 29 mai lors de son 91ème anniversaire.
Il avait 24 ans lorsqu'il est parti à la guerre en 1941 avec le Bataillon du Pacifique.

 

3 questions de la Dépêche de Tahiti à Maxime :

 

Où étiez vous le 8 mai 1945 ?

"J'étais à Dakar. Je nettoyais des canons. Peu avant midi, les sirènes ont retenti, un officier m'a dit : "la guerre est finie". Ca m'a coupé les jambes. Je me suis assis. J'ai pleuré. J'ai réalisé à ce moment là que la guerre c'était tuer des gens. Avant, à chaque bataille gagnée, à chaque sous-marin explosé, on sautait de joie, on se congratulait. Le 8 mai 1945, ma réaction a été inverse. J'ai demandé à un officier de jeter les canons à la mer et depuis je n'ai jamais plus nettoyé de canons."

 

Quel a été votre rôle pendant la guerre ?

"J'étais quartier-maître fusilier marin. Avec mes amis, Lysis Lavigne et Taamu Brothers, nous avons combattu dans le Pacifique, en Egypte et en Afrique du Nord."

 

Avez-vous perdu des proches ?

"Mon frère Eugène. Il a disparu en 1941 en Angleterre. Il était dans l'aviation."

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Retour Accueil